#1. Visibiliser le manque d’accessibilité dans les médias, interview de Valérie

13 septembre 2022

Accessibilité Interview

Temps de lecture estimé : 4 min

« Mêmes droits » est une série d’interviews de personnes qui souhaitent parler du manque d’accessibilité dans la communication et les médias (réseaux sociaux, vidéos, visuels, web…)

Objectif ?   Visibiliser leurs mots de façon transparente et au plus grand nombre. Mais aussi parler de situations du quotidien, du droit à l’information et du validisme qui découle du manque d’accessibilité sur le web et ses médias. D’abord postés sur Instagram, j’ai souhaité leur donner plus de place ici.

Chaque interview présente une personne et retranscrit ses réponses à une question. Les seuls éléments modifiées dans les propos sont les pronoms et mots genrés que je neutralise. En fin d’interview, tu retrouveras quelques conseils que je te partage pour améliorer le manque d’accessibilité émise par Valérie.

Tu souhaites parler du manque d’accessibilité dans la communication (médias, réseaux, vidéos) et participer à cette série d’articles ? Tu peux m’envoyer un mail à contact@bleurenard-studio.co ou me contacter sur mon compte instagram.

Présentation de Valérie

Valérie a 56 ans, en longue maladie et mère de 4 enfants qui ont dépassé la majorité depuis pas mal d’années ! Elle aime les émissions de true-crime, découvrir du contenu autour des plantes et, bien-sûr, en acheter et s’en occuper ! Elle lisait énormément avant mais ne peut plus se consacrer à cette activité depuis quelques années à cause de sa concentration. Atteinte de spondylarthrite ankylosante et de fibromyalgie, ses douleurs et traitements médicaux entrainent, entre autre chose, une vision basse, des tremblements et des soucis de concentration.

Un grand merci à elle pour sa participation et sa disponibilité pour répondre à mes questions.

Accessibilité des contenus

Le manque de lisibilité des textes et des typographies

« Certaines images sur Instagram sont difficiles à lire car les textes sont très petits. Souvent, je fais des captures d’écran et après je zoom dessus pour les lire ! Aussi, je n’ai pas souvent le temps de voir les textes sur les stories qu’elles sont déjà terminées. J’ai compris qu’il fallait maintenir le doigt dessus mais c’est difficile car je tremble. Moins de contenu à lire sur chacune, ce serait mieux pour tout le monde ! »

« Je lis difficilement les typographies à la main (manuscrite) ou un peu compliquées, car elles me demandent plus de concentration. Sur un ou deux mots, ça va mais sur de longs textes, ça devient impossible pour moi… »

Emojis et attention

« Quand on a besoin de se concentrer sur la lecture et qu’il y a des symboles ou des emojis un peu partout, ça casse le rythme. À la fin, je ne sais plus ce que j’ai lu. Dans mes textes, je les mets toujours à la fin pour juste ponctuer et ne pas déranger la lecture. »

Remarques validistes : une réalité bien souvent mise de côté

Aux personnes qui disent…

  • Ce n’est pas utile de faire attention à l’accessibilité sur les réseaux sociaux : « Pourquoi on n’a pas le droit d’avoir le même accès que les autres ? »
  • Tu n’es pas la cible de leur projet : « Car je suis handicapée ? Ça m’énerve. Comment iels savent que je ne suis pas intéressée par leur contenu ? Je suis handicapée alors je n’ai pas le droit de découvrir des plantes ? C’est stupide. »
  • Ça leur prend trop de temps de travailler l’accessibilité, iels feront ça plus tard : « J’espère cette personne n’aura jamais les mêmes besoins que moi ! Plus sérieusement, parfois, c’est bien de ne pas être nombriliste et de ne pas penser qu’à soi mais aussi aux autres. Si la personne fait un site, c’est pour que les gens l’utilisent et que ça touche tout le monde, qu’importe les besoins. »
  • Personne ne leur a fait remarqué au manque d’accessibilité : « Les gens n’ont peut-être pas osé le dire ! Iel a surement perdu des personnes intéressé·e·s par son contenu ou son site car elles ne pouvaient pas naviguer dessus comme elles le souhaitaient. »

Conclusion

« Si le contenu sur les réseaux et les médias étaient plus accessible, je me sentirais comme tout le monde. Là, j’ai la sensation de ne pas avoir le droit d’avoir accès à des informations qui m’intéressent.Je dois souvent demander à mes enfants de m’aider et c’est agaçant. »

Que faire pour améliorer ?

Écrire plus grand pour une meilleure lisibilité et mémorabilité

Lorsqu’un texte est écrit trop petit, on plisse des yeux, se rapproche de nos écrans ou on passe à autre chose. Dans les trois cas, c’est inconfortable et décevant. N’hésites pas à agrandir le texte des visuels pour que ce soit lisible, même si ça te semble grand. Il n’y a pas de chiffre exact car tout dépendra de ta typographie et de ton format. Mais sache qu’en général, on a tendance à écrire petit, en particulier sur les visuels des réseaux sociaux. Pour ce support, tu peux aussi ajouter le texte de ton visuel dans ta description, cela permet à tout le monde d’y avoir accès sans avoir regarder le visuel.

Choisir le bon format pour ton message

Les stories Instagram sont un bon support pout faire passer des messages à ta communauté.  Son format est optimal pour des paragraphes courts et rapides. Ainsi tu permets à tout le monde de les lire sans devoir faire stop sur la story. Si tu as beaucoup de contenu à écrire, peut-être est-il assez important pour un format post ou une vidéo. Choisir le bon format pour ton message laisse la personne prendre le temps de lire et/ou d’écouter !
Ci-dessous, un exemple de deux visuels de story. Le 1er a un paragraphe très long, ce qui oblige à écrire en petit pour le mettre entièrement et avoir de marges. La 2ème a moins de texte, ce qui permet de l’avoir en plus grand ! Une deuxième story permettra d’afficher la suite du contenu.

Deux exemples de stories instagram avec fonds beige clairs et textes bleu. Celle de gauche a trop de texte et le contenu est illisible, celle de droite en a moins et est plus lisible.

Conscienter l’usage des émojis

Les emojis, comme toutes les autres images, captent l’attention de ton lectorat. C’est utile pour mettre en valeur un contenu, un titre, etc. Mais à trop en utiliser, on peut trop capter l’attention, au détriment du reste du contenu. En diminuant leur utilisation dans tes paragraphes et en les privilégiant en début ou fin de paragraphes, tu  aideras à la lecture, à la mémorabilité et respecteras l’attention des personnes qui te lisent. Les émojis aussi peuvent être utilisés de façon stratégiques !